Exporter la page en format Open Document

logo-llp.jpg logo-1a.jpg
Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Ce document n'engage que son auteur et la Commission n'est pas responsable de l'usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues. GALAPRO - Formation de Formateurs à l’Intercompréhension en Langues Romanes 2007-3636/001-001 135470 – LLP – 1 – 2007 – 1 – PT – KA2 – KA2MP

Produto Final

  • Nom de la session : Session octobre-décembre 2011
  • Coordinateur(s) : Maria Helena Araújo e Sá / Jean-Pierre Chavagne
  • Période de la session : du 3 octobre au 24 décembre.
  • Nom du Groupe de Travail: Un ferry pour les langues romanes
  • Titre du travail: FEM DE L'ANGLÈS EL NOSTRE ALIAT

Auteurs

Formateur(s)

Nom GI
MARTIN, Eric Barcelona, TICOM

Formés

Nom et GI

Nom GI
YAN, Rui Grenoble M2 DLR & DFLR
BOUDJENIBA, Nour EL YAKINE Grenoble M2 DLR & DFLR
KHALILPOUR, Maryam Grenoble M2 FLE
CARENZI, Cristelle Grenoble M2 FLE
BAGNARD, Christelle Grenoble M2 FLE
MENICONI Antonella Macerata - Italia
TOUMAZOU Marilena UCM- Madrid

Résumé

Concepts-clés

intercompréhention romane et l'anlgais, rôle de l'anglais-langue pont, proximité/transferts/passerelles linguistiques, les sept tamis du projet EUROCOM

FEM DE L'ANGLÈS EL NOSTRE ALIAT

INTRODUCTION

L'intercompréhension en langues romanes semble s'être construite, en partie, en réaction au “tout anglais”, une langue dont la position dominante à tous les niveaux de la communication internationale semble dissuader les locuteurs d'une même famille linguistique, ne serait-ce que de tenter de se comprendre en utilisant chacun sa langue maternelle. C'est ce que rappelle Balboni dans la citation suivante :

«Vivo a Venezia, a pochi passi da San Marco», scrive Paolo Balboni (docente ordinario di didattica delle lingue straniere moderne, teorie e tecniche delle comunicazioni di massa) nella sua introduzione al libro “Le lingue romanze – Una guida per l’intercomprensione”: «sono inondato da turisti francesi, spagnoli, sudamericani che mi chiedono: “Where’s St Mark’s, please?” senza pensare che se mi parlassero lentamente in francese, in spagnolo o in portoghese potrei comprenderli, e se rispondessi loro in italiano potrei essere compreso. Certo, l’inglese è la lingua più importante del mondo, oggi, quindi è necessario e obbligatorio conoscerla; perché però rinunciare alla famiglia di lingue cui apparteniamo? Perché non usarle tra noi e con le centinaia di milioni di persone che nel mondo le parlano? Perché non “inter-comprenderci”, visto che l’intercomprensione è naturale, spontanea in alcuni casi, facile se guidata negli altri casi?» http://www.utetuniversita.it/catalogo/scienze-umane-e-sociali/le-lingue-romanze-2547

Et pourtant, l'anglais est loin d'être l'ennemi à abattre, comme l'a déjà montré Klein (2008). Bien au contraire. Son rôle dominant sur la planète, sa place hégémonique dans l'enseignement des langues étrangères et les liens qu'il a tissés au cours de son histoire avec les autres langues, tout particulièrement le français, peuvent faire de lui une langue passerelle d'une grande utilité pour l'apprentissage des langues romanes. Et ce, à deux niveaux. Tout d'abord, à l'intention d'un public romanophone désireux d'apprendre une autre langue néolatine, mais aussi, et il s'agit là d'un avantage inestimable, à l'intention de locuteurs de langues non romanes et même non indo-européennes, lorsque ces derniers sont, eux aussi, en situation d'apprentissage d'une langue romane. Ce sont ces deux types d'apprenants, situés aux antipodes l'un de l'autre, que prend en compte notre travail.

Mais si l'anglais peut bel et bien servir de pont, quels éléments linguistiques de cette langue s'avèrent les plus rentables, en fonction du public choisi ? Sont-ils d'ordre lexical, grammatical, phonétique, orthographique, culturel ? Nous chercherons à en fournir des exemples pour des couples de langues donnés. D'autre part, comment parvenir à optimiser ce potentiel ? Sans abuser du recours à la langue de Shakespeare, qui, si l'on n'y prend garde, peut s'avérer contre productif.

Enfin, nous avons voulu compléter notre étude par quelques exemples d'activités (notamment de didactisations de textes écrits) permettant de rendre compte du rôle que l'anglais peut jouer dans l'apprentissage d'une langue romane et l'application de l'intercompréhension, en distinguant le cas des romanophones de celui des non-romanophones.

Mais au préalable, il nous a semblé nécessaire de rappeler brièvement les fondements de la méthodologie intercompréhensive dans le cadre de laquelle nous nous plaçons.

Recordatori de la metodologia intercomprensiva

La didàctica intercomprensiva es dona com a objectiu l’adquisició per l'estudiant d'una competència de comprensió (sobretot escrita) d'una o varies llengües (al nostre cas pertanyent a una mateixa família), deixant de banda la competència de producció. Aquesta competència de comprensió es contempla, be dins del marc de la recepció (de documents escrits u orals), be dins del marc d'una interacció plurilingüe, on cada participant s'expressa en la seva llengua de referència.

Aquest ensenyament es basa essencialment sobre les potencialitats cognitives pròpies de l'estudiant (la riquesa del seu perfil lingüístic, els seus hàbits d'aprenentatge, els seus coneixements enciclopèdics i les seves experiències vitals) i fomenta el descobriment personal i lúdic de la nova llengua, mitjançant un ampli ventall de recursos basats en els processos d'inferència. Per això posa l’èmfasi sobre l’ús d'estratègies de comprensió tan diverses com l'observació de la situació de comunicació, la tipologia textual, i més que tot, la temàtica en joc. També considera que ens podem formar a l’intercomprensió gràcies a l'incorporació progressiva dins d'uns espais de comunicació plurilingües (per exemple, fòrums i xats) on els components de la situació, les regles interioritzades del discurs dialògic i (com és el cas a Galanet o Galapro) la motivació d'un tasca col•laborativa, constitueixen unes ajudes, a vegades suficients, per a aconseguir la comprensió global dels missatges i apropar-se a unes llengües desconegudes.

Però les inferències més importants són les que proporciona el context, sigui de un nivell macro (el text, els paràgrafs) o micro (la frase) gràcies a la transparència lèxica i gramatical. Per això, la metodologia se centra molt en l'observació de les paraules i estructures transparents, un potencial que vénen reforçar varies ajudes: l’ensenyament de correspondències grafo-fonològiques i l'entrenament als ajustos semàntics (“glissements sémantiques”) necessaris per al tractament eficaç dels cognats.

Cal afegir que la metodologia contempla també l’ensenyament dels components lingüístics bàsics de caràcter opac, sobretot per a les llengües més allunyades, tot i que pressuposa que el significat d’aquests components pugui, a vegades, ser inferit per l’estudiant, el qual segueix estant al cor de l’aprenentatge.

pla del treball

Pour mener à bien notre étude, nous avons divisé notre travail en quatre parties. La première étudie le poids de l'anglais dans le monde et tout particulièment dans l'enseignement et rappelle comment l'histoire singulière de cette langue a fait d'elle une langue germano-romane; la seconde décrit les composantes linguistiques pouvant servir de levier à un enseignement des langues romanes à l'intention, soit de romanophones, soit de non romanophones; mais nous avons jugé bon, dans une troisième partie, de nuancer notre propos en mettant en garde contre les dangers du tout-anglais ; quant à la dernière partie, elle offre quelques brefs exemples didactiques de l'utilisation pertinente de l'anglais dans des cours de langues romanes, en fonction du type de public.

1. El pes d'una llengua germano-romànica

1.1 El pes de l’anglès al món contemporani

1.1.1 El pes actual de la llengua anglesa al Món

“Alcuni recenti studi hanno definito il numero di anglofoni presenti nel mondo, è stato dunque stabilito che sono circa 350 milioni gli inglesi madrelingua, 300 milioni coloro che parlano l'inglese come seconda lingua, ossia quella imparata in contemporanea alla nativa.

Essendo evidentemente così parlata, l'inglese presenta una vastissima diffusione nel mondo, grazie alla potenza espansionistica britannica che, nei secoli passati, riuscì a conquistare innumerevoli colonie.” (http://www.linguainglese.it/).

Wikipedia (http://it.wikipedia.org/wiki/Elenco_di_lingue_parlate_nel_mondo) propone un interessante riepilogo di lingue parlate nel mondo, ordinate per numero di persone che le parlano, partendo dai dati provenienti dalla pubblicazione “Languages of the World” (M. Paul Lewis, Ethnologue: Languages of the World, 2009, sedicesima edizione, Dallas, SIL International). L’inglese risulta essere la seconda lingua:

Pos. Lingua Stati principali in cui viene parlata come madrelingua Madrelingua (milioni) Totale parlanti (milioni)
1 Cinese mandarino Cina, Taiwan, Malesia, Singapore 845 (Ethnologue) / 800 (Encarta) 1.151 (Krysstal) / 1.023 (Ethnologue) / 900 (Encarta) / 1.213 (Totale lingue cinesi - Ethnologue)
2 Inglese Stati Uniti, Regno Unito, Canada, Australia, Sudafrica, Nuova Zelanda, Irlanda, Zimbabwe, Barbados, Singapore, Namibia, Sri Lanka, Liberia, Bermuda, Papua Nuova Guinea, Zambia, Filippine,Giamaica, Malawi, Malta, Hong Kong 328 (Ethnologue) / 350 (Encarta) 1.400 (Krysstal) / 725 (Encarta)

L’influenza anglosassone sugli idiomi è in continuo aumento; per l’italia si veda un interessante lavoro a cura di Elisabetta Lonati (2005) di al link http://www.ledonline.it/mpw/allegati/mpw0506pinnavaia.pdf.

1.1.2 L'anglès com a primera llengua estrangera

L'Inglese è una lingua ormai conosciuta ovunque ed insegnata presso tutte le Scuole di ogni Paese, a partire dalla prima infanzia, perché consente di comunicare con immediatezza con un gran numero di persone, per la grande diffusione ed anche per la semplicità di costruzione della frase, soprattutto nelle relazioni commerciali e lavorative. Sono 100 milioni quelli che l'hanno imparata essendo per loro lingua straniera.

Un exemple de son poids culturel dans l'enseignement : l'usage prédominant de l'anglais au sein de la communauté scientifique universitaire, à tel point que l'on envisage même son usage, non seulement pour la rédaction d'articles scientifiques, mais aussi comme langue de l'enseignement supérieur de pays non anglophones, comme le montre la citation ci-dessous.

http://forum.wordreference.com/showthread.php?t=806733&langid=14 “… L’unica reale fonte di preoccupazione sta nella tentazione di adottare sistematicamente l’inglese in alcune aree scientifiche: Arcangeli ha ricordato che dal dicembre 2000 la Facoltà di Medicina di Oslo ha introdotto l’inglese «al posto del norvegese, come lingua obbligatoria nella comunicazione tra docenti e studenti» (ma consola il fatto che, nei mesi successivi, Svezia e Ungheria abbiano preso iniziative per tutelare le rispettive lingue). È certamente bene che ogni diciottenne dell’Unione Europea sappia cavarsela con l’inglese: ma guai se, per questo, l’italiano dovesse rinunciare alla sua sovranità linguistica in questo o quel settore scientifico, dalla biologia alla fisica all’economia. Allora sì che da lingua rischierebbe di diventare un vernacolo, buono per le contingenze della vita quotidiana ma incapace di affrontare le grandi sfide del sapere intellettuale. Sento già qualcuno obiettare: suvvia, ricorrere all’inglese in un ambito così ristretto come la docenza universitaria di una singola facoltà non crea sconquassi, anzi consentirebbe ai futuri medici di muoversi con pieno agio nei congressi internazionali …” (la italianilla)

1.1.3 El paper síco i meta-cognitiu de l'ensenyament de l'anglès per a l'aprenentatge de noves llengües estrangeres

S'il est légitime de déplorer la position hégémonique de l'anglais dans le monde de l'enseignement des langues étrangères, on peut aussi tenter d'en tirer profit pour l'apprentissage d'autres langues.

En effet, dans la mesure où l'un des fondements de l’IC est de partir du profil linguistique, des connaissances, des acquis cognitifs et métacognitifs de l’apprenant pour optimiser son apprentissage de la compréhension de nouvelles langues, il apparaît comme évident de prendre en compte les acquis liés à l’apprentissage de l’anglais. D'autant que la majorité des apprenants, si l’on met de côté ceux de langue maternelle anglo-saxonne, ont reçu un enseignement de cette langue.

Ainsi, au cours de cet apprentissage, les locuteurs ont pu acquérir des pratiques d’apprentissage qu’ils vont pouvoir réinvestir dans la découverte de la langue à laquelle ils sont confrontés. On citera, entre autres, la mise en place de stratégies de compréhension écrite ou orale ou l'apprentissage de multiples opérations métacognitives telles que la comparaison interlinguistique, la découverte et la gestion d’une interlangue, les opérations de classement, de systématisation, de mémorisation, etc. Ils auront ainsi découvert l’existence de nouvelles correspondances entre les codes écrit et oral, un découpage linguistique de la réalité différent, de nouvelles notions grammaticales ou une autre façon de les exprimer, sans parler de l’assimilation plus ou moins poussée d’un vocabulaire métacognitif qu’ils pourront réutiliser. Toutes ces stratégies constituent un capital métacognitif considérable qui pourra être mis à profit dans l’apprentissage de la nouvelle langue, sans que le professeur ait même toujours besoin de rappeler ou d'expliciter ces procédures.

1.2 Per què l’anglès és la més romànica de les llengües germàniques : un poco d'història

“ Du point de vue de la linguistique historique, surtout lorsqu'on compare l'anglais aux autres langues germaniques telles que l'allemand, le néerlandais, le danois, etc., on se doit de constater que la langue anglaise est devenue fortement romanisée en raison de l'influence du français et du latin, qui ont été déterminants dans l'évolution de la langue anglaise. L'anglais a aussi hérité des travers orthographiques du français. De plus, les linguistes estiment qu'environ 60 % des mots anglais proviennent à la fois du français et du latin. En revanche, le français ne doit à l'anglais qu'un vocabulaire variant entre 3 % et 5 %. Cela dit, l'anglais et le français ont en commun plus de 3200 mots. Par exemple, abandon, bizarre, fiancé, important, moustache, objection ou troglodyte ont exactement la même orthographe et le même sens, alors que d'autres se sont adaptés, comme mushroom (< fr. mousseron), laundry (< fr. lavandier), powder (< fr.poudre), school (< fr. escole: école), etc. Tous ces faits expliquent en partie certaines ressemblances étonnantes entre les langues française et anglaise.” Site de l’aménagement linguistique au Canada (SALIC).http://www.salic-slmc.ca/showpage.asp?file=langues_en_presence/langues_off/en_histoire&language=fr&updatemenu=true.

Le point de vue italien suivant vient corroborer cette réalité:

Il confronto fra fenomeni linguistici dell'Italiano e di altre lingue ci consente di individuare affinità tra numerosi termini ed espressioni, anche con la lingua Inglese, considerato che, sebbene il lessico neolatino dell'inglese risalga alle epoche medioevale e moderna, la lingua sassone del primo medioevo (vicina alla lingua protogermanica) subì anch'essa notevole influenza lessicale dal latino (ad esempio il verbo “satisfacio”, che è simile al sostantivo Inglese “satisfaction”; ad esempio la parola “alluce”, che in Inglese ha un nome di origine latina, “hallux” ). Grammaticalmente la struttura della lingua anglosassone e di quelle di indubbia provenienza latina (c.d. “romanze”) sono differenti, ma molti vocaboli sono comunemente di derivazione latina. L'influenza nella lingua Inglese di termini latini deriva dal periodo dell'impero romano, che, al momento della sua massima espansione, arrivò fino in quei Paesi, per cui molte parole entrarono a far parte della lingua Inglese nonostante essa non sia di ceppo latino ma anglosassone. Molto spesso troviamo che accanto al termine prettamente anglosassone ne esiste un altro “latino”, come per la parola “paradiso”: in Inglese “heaven” e “paradise” (dal latino paradisus). Se il latino ed il germanico (dai Sassoni che colonizzarono l’Inghilterra) sono i due alberi principali, l’Italiano costituisce un ramo secondario da quello latino, e l’Inglese è un ramo secondario da quello germanico, ma che si estende verso la famiglia dei rami neolatini, come dimostra il fatto che circa il 30% dei vocaboli del lessico inglese appare d'origine latina o neolatina, e proprio ciò contribuisce a rendere, in un certo senso, l'Inglese comunque facilmente accessibile a tutti coloro che parlano come madrelingua una lingua appartenente alla famiglia indoeuropea.

On trouvera en ANNEXE 1 les grandes lignes de cette histoire des emprunts de l'anglais au latin et au français, au cours des premiers temps de la formation cette langue.

Mais, de plus, à l'exemple de nombreuses autres langues, l'anglais a abondamment puisé dans le latin et le grec pour forger les mots qui lui étaient nécessaires dans les domaines scientifiques et techniques, notamment aux XIX et XXe siècles. C'est la raison pour laquelle une grande partie des termes de nature technique empruntés à l’anglo-saxon proviennent très souvent de mots formés sur des racines gréco-latines: Pensons à electromagnetic, telephone, compact-disc, on-line –en ligne-, computer –computadora-. C’est à la fois le cas des racines mais également celui des suffixes et préfixes. Ainsi, le mot internet est doté du préfixe inter. Et les noms composés sont aussi souvent formés, en partie, de termes d’origine latine: spacesuit –combinaison spatiale.

2. L'ajuda de l'anglès com a llengua romànica

L’anglès pot ajudar per a l'aprenentatge d'una llengua romànica, per l’abundància del seus trets romànics així com pels nombrosos prèstecs que ha deixat a totes les llengües romàniques.

Pero la seva ajuda és different segon la llengua de referència del pùblic d'apprenants (si és romànica o no, o indoeuropea o no), i depen també de la llengua romànica ensenyada.

2.1. Per a un pùblic romanòfon estudiant una llengua romànica

2.1.1 Ajuda per l'abundància dels seus trets romànics

2.1.1.1 L’ajuda lèxica

La gran proporció de paraules d'orígen llatí o francès de la llengua anglesa constitueix una base sòlida per a apropar l'estudiant a la comprensió de les llengües romàniques, i en especial al francès.

Vegem com es pot plasmar aquesta ajuda.

a. Certains mots anglais (d'origine romane) ne se retrouvent que dans certaines langues romanes actuelles

C'est notamment le cas de mots anglais pourvus d'un équivalent transparent en français, alors qu'ils n'en ont pas dans les autres langues romanes. Ainsi, les hispanophones pourront se servir de leurs connaissances en anglais pour déchiffrer de nombreux mots français : l'accès au sens du verbe hésiter sera facilité par la connaissance de son équivalent anglais (to hesitate / dudar). En raison de l’importance des mots d’origine française dans le vocabulaire anglais, cette langue germanique peut donc apporter une aide précieuse à l’apprentissage du français par des romanophones.

Autres exemples (notamment pour les hispanophones):

- verbes : regretter (to regret / lamentar), choisir (to choose / escoger), arranger (to arrange / arreglar), rouler (to roll / rodar), tourner (to turn / girar), s'approcher (to approach / acercarse), changer (to change / cambiar), ressembler (to resemble / parecerse), developper (to develop / desarrollar), s’évanouir (to vanish /desfallecer)

- Noms : loisir (leisure / ocio), succès (success / éxito), défaite (defeat / derrota), rôle (role / papel), dommage (damage / daño), prêtre (priest / sacerdote), boucher (butcher / carnicero), budget (budget / presupuesto), danger (danger / peligro)

- Autres catégories : une sorte de (a sort of / un tipo de), soudain (sudden / de repente) - Termes à caractère institutionnel : un maire (mayor / alcalde), un premier ministre (prime minister / presidente de gobierno)

Ajoutons que ces équivalences ne valent que pour certaines des acceptions sémantiques des termes, le plus souvent prototypiques. Il est donc parfois nécessaire d’opérer un glissement sémantique : vexer (to vex / offenser), ennuyer (to annoy / agacer), empêcher (to impeach, procédure juridique), quitter (to quit /laisser tomber) et il existe également de véritables faux amis : to achieve, to accomplish, to dispose of,a fashion, a chance. On se reportera au dossier du GT de la session 2 “Intercomprensione, lingue romanze e inglese” pour connaître les plus importants de ces faux-amis.

On ajoutera le cas des emprunts anglais au français avec conservation de la prononciation française: bourgeois, déjà-vu, rendez-vous, brochure, bizarre, beige

A l’inverse, les mots espagnols peuvent être compris (ou mémorisés) par un francophone apprenant le français grâce à ses connaissances de l’anglais: exhausto (exhausted / épuisé), moverse (to move / bouger), laboral (labour / travail), colapsar (to collapse / s’effondrer), elecciones generales (general elections / élections législatives), cancelar (to cancel / annuler), voluntario (volonteer / bénévole), ermergencia (emergency / urgence, secours), cortina (curtain, rideau)

Mais deux nuances doivent être apportées. D'une part, l'efficacité de ces rapprochements et transferts dépendra du niveau d’anglais des étudiants. Si le terme anglais est d'un niveau élevé (hésiter, to hesitate / bouger, to budge ), il y a bien peu de chances que le transfert se fasse. Par ailleurs, lorsque le mot anglais est également un cognat dans la langue source, le passage par l'anglais peut s'avérer inutile. Pourquoi rapprocher Fr attention de En attention, si la lexie atención existe en espagnol? Autrement dit, pourquoi compliquer le transfert si ce dernier peut se faire naturellement à partir de la langue de l'apprenant? Nous y reviendrons dans la partie relative aux mises en garde.

b. une morphologie anglaise parfois plus proche de la langue cible

Lorsque l'on observe la forme des cognats en anglais et dans les autres langues romanes, on se rend compte que la morphologie anglaise est souvent très proche de la morphologie française. Dans ce domaine, à nouveau, l'apprentissage du français peut être facilité par une connaissance de l'anglais. Ainsi, les mots suivants ont le même nombre de syllabes en français et en anglais, alors qu'ils sont plus longs dans la plupart des autres langues romanes : un conflit, une culture, américain, italien, une image, un volume, un régime, un détail, un collègue, le silence, le sénat Mais dans la mesure où l'on se trouve dans le cas de cognats panromans, l'on peut se demander s'il est bien nécessaire de passer par l'anglais pour faciliter la compréhension de ces mots français par un hispanophone. Pourquoi ne pas s'en tenir à une simple comparaison avec le cognat espagnol au lieu de compliquer, là encore, l'opération de décodage ?

Dans les cas suivants, la forme anglaise est également plus proche de la forme française que ne l’est l’équivalent espagnol mais les différences entre le français et l'espagnol sont telles que l'anglais peut apporter une aide utile : avantage (advantage / ventaja), risque (risk / riesgo), survivre (to survive / sobrevivir), toucher (to touch / tocar), mesure (measure / medida), souverain (sovereign / soberano), paroisse (parish / parroquia), trésor (treasure / tesoro), conseil (council / consejo), conseiller (councillor / consejero), effort (effort / esfuerzo), capable (capable / capaz), tuile (tile / teja) (voir infra correspondances grapho-phonologiques)

D'autres analogies morphologiques sont également rentables. Ainsi l'analogie des certains traits (sourd / sonore; assimilation; palatalisation) entre un mot anglais (people) et son cognat dans une langue romane (peuple, popolo) peut favoriser la reconnaissance de ce terme par un romanophone dont le cognat possède des traits différents (Es, pueblo)(voir infra correspondances grapho-phonologiques)

L'anglais peut également jouer un rôle déterminant dans le cas de lexies romanes ayant perdu une consonne intervocalique. L'utilité apparaît évidente dans le cas d'une identification d'un mot ayant perdu sa consonne intervocalique dans la langue romane cible alors que la consonne s'est maintenue dans la langue romane source. Ainsi, la connaissance du mot anglais envy, aidera sans aucun doute un hispanophone à identifier le mot français envie (Es envidia). De même que le verbe to pray aidera vraisemblablement un italophone à identifier Fr prier (It pregare). Il se peut que cette aide joue aussi dans le cas inverse (maintien de la consonne intervocalique dans la langue romane cible alors que la consonne a disparu dans la langue romane source).

L’orthographe peut également servir :

- Certaines graphies (GN, en français), communes à l'anglais, pourront aider à l'identification d'un mot: Fr campagne électorale/ En electoral campaign / ES Campaña electoral

- C'est encore plus évident dans le cas des mots d’origine grecque, dont les graphies (Y, TH, CH, PH) sont identiques en anglais et en français, alors qu'elles ont été simplifiées dans les autres langues romanes. La connaissance de l'orthographe anglaise aidera à l'idenfication graphique française : schizophrénie, australopithèque, chlorophylle, thermes, arthrite, laryngologiste, hypophyse, ophtalmologie, éléphant, hystérique, stéthoscope, diarrhée, psychologue, rhumatisme, pyromane. Mais même dans ces deux cas, les similitudes entre les autres graphèmes de ces cognats en espagnol et en français ainsi que le contexte peuvent rendre superflu le recours à la langue germanique.

c. Le cas des expressions idiomatiques

Certaines expressions idiomatiques anglaises sont particulièrment proches, du point de vue lexical ou syntaxique, de leurs équivalents dans certaines langues romanes. Dans ce cas, leur connaissance peut aider des romanophones à comprendre plus rapidement les expressions diomatiques d'autres langues romanes :

Esempi di tipiche frasi augurali denotano come il senso della frase appaia altresì familiare;:http://it.bab.la/frasi/corrispondenza/auguri/italiano-inglese/; http://it.bab.la/frasi/corrispondenza/auguri/italiano-spagnolo:

  • Congratulazioni agli sposi./ Congratulations to the bride and groom on their happy union./ Felicitaciones a la novia y al novio por su feliz unión.
  • Congratulazioni per…/ Congratulations on…/ Felicitaciones por…
  • Tanti tanti auguri per questo nuovo lavoro…/ We wish you the best of luck in your new job at…/ Te deseamos la mejor de las suertes en tu nuevo trabajo en…

D'autres, en revanche sont identiques dans toutes les langues romanes et parfois éloignées de l'anglais: le recours à cette langue devient alors superflu pour des romanophones: - Buon Compleanno!/ Happy Birthday!/¡Feliz cumpleaños!

Il faudrait mentionner ici tous les proverbes anglais plus proches de ceux de certaines langues romanes que d'autres. Nous renvoyons au travail réalisé à ce sujet par le groupe de travail antérieur et à l'article de Martine Lebesnerais portant sur cette thématique.

d. Préfixes et suffixes : des distributions parfois plus proches

De nombreux suffixes anglais sont identiques à ceux qui sont utilisés dans les langues romanes:

Eng Fr Es It Ca
ty dad tat
ment ment miento miento ment
age age aje aggio atge

etc

D'une part, la morphologie anglaise de certains affixes est parfois plus proche de celle de certaines langues romanes: ty / té vs dad. Mais le plus important est ailleurs. En effet, la distribution de ces différents affixes varie grandement selon les langues : En financiation, Fr financement, Es financiación, Cat finançament. C'est pourquoi dans certains cas, l'anglais peut aider des romanophones à identifier plus immédiatement le sens d'un mot roman, s'ils connaissent son équivalent anglais. Ainsi un hispanophone pourra s'appuyer sur le mot investment pour accéder au sens de Fr investissement (en espagnol, inversión).

Il en va de même pour certains préfixes (dis-, de-, in-, pre-). La connaissance de En develop permettra à un italophone de saisir immédiatement la signification de Fr développer (en italien sviluppare).

Selon Horst (2008), il existe une quarantaine de préfixes qui viennent du latin et autant du grec. De plus, ces morphèmes ne sont pas limités aux langues romanes et sont très productifs pour produire des néologismes anglo-américains. C'est pourquoi l'anglais joue actuellement un rôle pour le moins insolite : celui de transporter ces « eurofixes » dans toutes les langues romanes, par l'intermédiaire des néologismes qu'il diffuse.

d. Les correspondances grapho-phonologiques

Comme on le retrouve en tant que troisième tamis dans l'article de Horst G. Klein, les correspondances phonétiques se définissent par la systématisation de certains correspondances qui montrent directement les caractéristiques qu'on trouve fréquemment dans le vocabulaire roman, comme nous le montre l'exemple tiré de: Klein Horst G. , « L'anglais, base possible de l'intercompréhension romane ? » ,Ela. Études de linguistique appliquée., 2008/1 n° 149, p. 123

(fr.) La clef (clé) est dans une salle pleine de flammes.
(cat.) La clau està en una sala plena de flames.
(it.) La chiave è in una sala piena di fiamme.
(roum.) Cheia este într-o sala plina de *flăcări.
(port.) A chave está numa sala cheia de chamas.
(esp.) La llave está en una sala llena de llamas.

La ressemblance est claire entre ces mots. Ainsi, pour effectuer un transfert d'identification, il est utile de savoir que le -ll- espagnol correspond souvent à un cl-, un ch-, un pl- ou un fl-. Dans ce cas, l’anglais suit le schéma du français : key, plenty, flam, explication tirée de Klein Horst G. , «L'anglais, base possible de l'intercompréhension romane ? » ,Ela. Études de linguistique appliquée., 2008/1 n° 149, p.124

Autres exemples de correspondances :

FR: CH autres langues romanes: C
FR: accent circonflexe autres langues romanes: S
FR: AU autres langues romanes: AL

L'anglais peut apporter une aide à plusieurs niveaux

- Il peut permettre à un romanophone de déchiffer les mots d'une langue romane qui lui est inconnue

Dans les cas ci-dessous, l'anglo-saxon peut, soit aider un francophone à déchiffer un mot appartenant à une autre langue romane (3 premiers cas), soit aider un romanophone à déchiffer un terme français (dernier cas):

IT ES EN FR
castello castillo castel château
festa fiesta feast fête
palma palma palm paume
catena cadena chain chaîne

L'anglais permet également d'entraîner les apprenants à l'utilisation des correspondances grapho-phonologiques qui lui serviront au-delà des comparaisons avec l'anglais.

2.1.1.2 Altres tipus d'ajudes

a. la phonétique

La connaissance du système phonétique anglais standard est suceptible d'aider certains romanophones à mieux percevoir les phonèmes de langues romanes qui s'avèrent trés éloignés de ceux de leur langue maternelle.

Ainsi, la perception du “th” sourd anglais peut aider un romanophone non hispanophone à percevoir la zeta espagnole et la différencier du /s/: caza / casa . De même, les habitudes perceptives acquises par un hispanophone ayant appris l'anglais lui pemettront de percevoir, par exemple, la différence entre certaines consonnes sourdes et sonores des autres langues romanes (Fr sage / sache, case / casse) ou encore, la différence entre les phonèmes /v/ et /b/ (boire / voir). De plus, on peut supposer qu'une oreille habituée à la pluralité du système vocalique anglo-saxon sera plus receptive au large éventail vocalique des autres langues romanes (degrés d'ouverture des “e” et “o, voyelles centrales du français, etc.)

Mais l'aide de l'anglais dans le domaine phonétique ne se limite pas au volet segmental. Ainsi, la perception de l'accent tonique anglais (de type lexical. Ex to record / a record) peut aider un francophone (dont la langue ne comporte pas de tel accent), à percevoir le caractère lexical de l'accent dans les autres langues romanes (Es penso / pen). Même si les caractéristiques acoustiques de l'accent anglais (en terme de durée et d'intensité) ne sont pas tout à fait identiques à celles de certaines langues romanes.

Enfin, l'anglais partage avec d'autres langues romanes (comme le catalan et le portugais) le fait qu'une voyelle voit son timbre modifié en fonction de sa situation par rapport à l'accent tonique (la syllabe anglaise “re” se prononce différemment dans to record (/ri/) et dans a record (/re/). L'apprenant romanophone connaisseur de l'anglais assimilera donc plus facilement cette particularité du catalan, langue dans laquelle le “o” non accentué toniquement se prononce /u/: posar /puza/.

b.Syntaxe et morphosyntaxe

L’anglais peut également constituer une aide dans certains domaines grammaticaux et pour des couples de langues donnés. En voici quelques exemples.

Pour un francophone apprenant l’espagnol (ou, parfois, d’autres langues romanes):

Les usages prototypiques du preterito simple et du preterito perfecto sont très proches en anglais et en espagnol et différent, en partie, de ceux du français : Es Ayer comió muy poco. / Hoy ha comido más. En Yesterday he ate very little. / Today he has eaten more. Fr Hier il a très peu mangé. / Aujourd’hui, il a mangé davantage.

La formation et l’usage de l’aspect verbal progressif sont identiques en anglais et dans de nombreuses langues romanes, sauf en français : Es Ahora está trabajando en una empresa alemana. En Now he’s working in a German company. Fr Maintenant il travaille dans une entreprise allemande. De même, on notera que les morphèmes grammaticaux marquant le participe passé des verbes réguliers sont très semblables en espagnol (-(a)do)et en anglais (ed): studied, interested / ES estudiado, interesado. On notera toutefois que les réalisations phonétiques sont très éloignées : alors qu'en espagnol la prononciation de la seconde syllabe est unique, celle des morphèmes anglais varie considérablement en fonction du type de finales des racines des verbes: : /id, /d/ ou /t/.

Comme la plupart des langues romanes, l'anglais n’a pas d’articles indéfinis au pluriel, contrairement au français : Es Tiene amigos en Irlanda. En He’s got friends in Ireland. Fr Il a des amis en Irlande.

Pour un hispanophone apprenant le français (ou, parfois, d’autres langues romanes)

Les pronoms personnels sujets ont un caractère obligatoire en anglais et en français, à l’inverse de la plupart des langues romanes: Fr Je fume très peu. En I smoke very little. Es Fumo muy poco.

Comme le français et, à un moindre degré, l’italien, l’anglais ne possède qu’un seul verbe avoir et un seul verbe être, contrairement aux langues ibériques, où les deux sens fondamentaux de chacun d'eux (celui de verbes pleins et celui de verbes auxiliaires) sont rendus par des lexies différentes (Es tener, haber / ser, estar): Fr Il a une nouvelle maison. / Il en a peint l'une des murs. En He has a new house / He has painted one of its walls. Es Tiene una nueva casa. / Ha pintado una de sus paredes.

L’anglais comme le français emploient le passé de l’indicatif pour exprimer l’irréel ou la faible probabilité d'une condition, et non le subjonctif imparfait, qui est utilisé dans la plupart des langues romanes: Fr Si j’avais un marteau… En If I had a hammer…Es Si tuvera un martillo…

Pour les formules de courtoisie, le français comme l’anglais recourent à la 2ème personne, et non à la 3ème, comme dans la plupart des langues romanes: Fr Avez-vous un mouchoir ? En Do you have a handkerchief? Es ¿Tiene un panuelo?

Dans tous les cas qui viennent d'être mentionnés, la référence peut apporter une aide à l’étudiant romanophone apprenant une nouvelle langue romane.

2.1.2. L’anglès ajuda per l’abundància del seus préstecs

2.1.2.1 L'invasió dels lèxic anglo-saxó

Toutes les langues se sont imprégnées à partir du XIXe siècle de mots issus de la langue anglaise et le nombre de ces emprunts s’est considérablement multiplié au cours du XXe siècle, tout particulièrement après la seconde Guerre mondiale. Dans le même temps, l’influence anglaise laissait sa place à celle des Etats-Unis. Cette « invasion » de termes anglo-saxons est en rapport avec le poids économique, politique et culturel des Etats-Unis et notamment avec son avance scientifique (les principaux prix Nobel en sciences étant américains), technologique et commerciale. Elle est aussi liée à son prestige culturel dans des domaines aussi divers que la mode vestimentaire, le sport et autres divertissements ou le monde des arts (musique et danse – jazz, rock, swing, rap, slam, peinture, cinéma) et des lettres.

Un punto di vista Italiano

A chi di noi, Italiano, Spagnolo, Francese, non è mai capitato, in qualsiasi contesto ed in qualsiasi ambito geografico, di veder designato il proprio capo-gruppo “team leader”, o sentir parlare di budget di spesa, o di speaker?

Nell'Italiano troviamo ormai tanti “americanismi” ed “inglesismi”, che possono essere utilizzati come modo iniziale di introdurre in sintesi il concetto perché, proprio per l’immediatezza e la capacità di sintesi dell’Inglese, non è facile trovare parole in altre lingue che rendano altrettanto bene l'idea. Ad esempio ”resettare” il computer, “mandare una mail” (molto più diretto e veloce che dire “mandare un messaggio di posta elettronica”). E’ naturale che, anche grazie, o a causa, dei potenti mezzi di comunicazione di massa la lingua subisca delle “contaminazioni”, che non possono che arricchirla e renderla più “condivisa” e comprensibile. Per l’Inglese molto si attribuisce alla presenza degli americani verso la fine degli anni '40, tanto al prender avvio dell'informatica (anni '80), quindi ad un uso maggiore dell’Inglese in campo scientifico, tecnologico, economico, pubblicitario (vedasi l’universale ricorso alle parole musical, thriller, jazz, jeans, il generale uso della parola out, lo stesso mito del rock negli anni ’50, il web negli anni più recenti), e quindi all’utilizzo frequente da parte dei mezzi di comunicazione. Negli ultimissimi tempi c'è stato un intensificarsi anche nel campo politico: es. question time. Insomma un nuovo “way of life…” non necessariamente ad introdurre terminologie diverse, ma più immediate, talora affini e di provenienza da termini di derivazione latina o persino greca. Del resto la presenza di tanti libri, siti, forum di discussione, insomma di persone che affrontano la questione, non è indice di come, da un lato, l’importanza di valorizzare la propria provenienza e mantenere la propria autenticità, dall’altro, di tendere ad una sempre maggiore ricchezza linguistica e di coglierne appieno ogni potenzialità, siano realmente sentite?

Un cas concret, el de la publicitat:

http://italiaitaliano.blogspot.com/2011/05/linfluenza-dellinglese-sulla-lingua.html “Fra i linguaggi settoriali quello della pubblicità è uno dei più vivaci e registra una continua espansione. Esso consiste in un lessico specializzato abbastanza ampio, comprendente numerosi termini tratti dal campo del marketing e della comunicazione. La terminologia utilizzata dai pubblicitari italiani è costituita da molti vocaboli di origine anglosassone poiché sono stati prima gli inglesi e poi gli americani a gettare le basi della moderna pubblicità: oggi il 75% circa della pubblicità mondiale è in lingua inglese, così come in inglese sono stati elaborati quasi tutti gli aspetti teorici e pratici di questa forma di comunicazione. … Art director, Audience, Background, Brainstorming, Budget, Cast, Design, Flash, Flop, Freelance, Jingle, Leader, Mailing, Mail, Order, Marketing, Mass media, Merchandising, Opinion leader, Plus, Poster, Set, Slogan, Speaker, Sponsor, Spot, Target, Testimonial …”

2.1.2.2 Les modalités d'emprunt

Or, ces emprunts, très répandus dans toutes les langues, quoique de façon diverse, peuvent offrir des aides très précieuses dans la compréhension des langues étrangères enseignées. Ils sont particulièrement nombreux et appartiennent le plus souvent au groupe des internationalismes qui forme l'une des bases de transfert de la méthode intercompréhensive.

Les procédés d’enrichissement néologique à partir de l’anglais peuvent être classés en deux types : - l’emprunt : Fr un week-end - le calque : Es baloncesto / basket-ball Dans de rares cas, la langue réceptrice recourt à un autre mot : Fr informatique (information et automatique), différent de computer science

Lorsqu’il y a emprunt, le mot anglo-saxon peut être - repris tel quel et prononcé –plus ou moins- à l’anglaise : Fr un hall - prononcé selon les règles de la langue emprunteuse : Es pub /pub / - orthographié et prononcé selon les règles de la langue qui emprunte : Es cédérom, Fr cederrón On remarquera que les mots anglais sont souvent empruntés par la langue française sans modification orthographique (meeting) alors que l’espagnol les ajuste à ses règles d’orthographe et de prononciation : un bistec / beef steack

Lorsque le même mot anglais a été emprunté à la fois dans la langue de l’apprenant et la langue enseignée, l’identification pourra être immédiate. Encore faudra-t-il parfois s’assurer qu’une orthographe ou une prononciation particulières ne rendent pas cet emprunt opaque. Ainsi, on se méfiera de la prononciation en espagnol de mots tels que : club, pub, surf, funk /u/. L’orthographe risque, elle aussi, d’entraver l’identification (Es bistec) mais il se peut qu’elle ne constitue pas un problème pour l’apprenant: Es futbol, beisbol.

La connaissance des mots anglais permet également le déchiffrement des mots dérivés formés à partir de mots empruntés : zapper, zappeur On remarquera, toutefois, que les suffixations sont souvent naturalisées, utilisant par exemple des infixes appartenant à la langue qui emprunte. Mais un travail d’observation de ces dérivations peut être une bonne façon d’entraîner l’apprenant aux procédés de dérivation de la langue cible. - cas français : footballeur, déboguer, rappeur, footballeur - cas espagnol : liderar, liderazgo.

2.1.2.3 Des emprunts différents selon les langues

Les emprunts à l’anglo-saxon sont loin d’être toujours les mêmes dans toutes les langues. Ainsi, un Espagnol parlera d’un chip tandis qu’un Français emploiera le mot puce. A l’inverse, un Français utilise les mots week-end ou clown /klun/, alors qu’un Espagnol se sert des mots fin de semana et payaso. Or, c’est justement dans ces cas-là que les connaissances de l’anglais peuvent jouer un rôle fondamental en permettant à l’apprenant d’accéder au sens de certains mots de la langue étrangère, s’il a eu accès, notamment grâce à ses études préalables, au sens du mot anglo-saxon emprunté.

Voici quelques exemples de mots empruntés à l’anglais par le français, mais non par l’espagnol : un week-end, un match, le volley-ball, dangereux, le hand-ball, un jean, une baby-sitter. Inversement, les termes suivants sont des exemples de mots empruntés à l’anglais par l’espagnol, mais non par le français: un chequeo, chequear, un chip, un computer, liderar, un video (Fr magnétoscope), un trailer (Fr bande annonce), un director de ciné (réalisateur).

On notera que même si le mot n’a pas été emprunté par la langue de l’apprenant, il peut être d’une telle notoriété qu’il appartient au vocabulaire passif de ce dernier. C’est le cas des mots film ou match non empruntés par l’espagnol, mais mondialement connus.

La connaissance préalable de l’anglais est donc à même d’aider l’apprenant à la compréhension d’un texte en langue étrangère grâce aux emprunts à l’anglo-saxon de cette même langue.

On notera, toutefois, que la politique linguistique des gouvernements (notamment en France) étant de restreindre les emprunts directs à l’anglais et de les remplacer par des équivalents « nationaux », les apprenants pourront aussi être confrontés à des doublons : walk-man /balladeur, chat / clavardage parfois beaucoup moins transparents.

2.2. Ajuda complementària que pot aportar l’anglès a un públic no romanòfon apprenent de llengües romàniques

2.2.1. Le rôle psycho-affectif de la langue d'appui

L'anglais est une référence culturelle commune qui rend possible la compréhension entre les deux pôles extrêmes du répertoire plurilingue que le locuteur d'une langue non indo-européenne, apprenant une L3 romanophone souhaite construire. D’un point de vue psycho-affectif, l’anglais joue le rôle de médiateur interculturel, qui permet de limiter l'insécurité linguistique dans laquelle se trouve l'apprenant débutant en L3. C’est également une langue neutre et partagée, qui offre une aire de repos. C'est une langue-outil qui n'est pas investie affectivement. Il n’y a pas d’enjeu cognitif ou d'évaluation dans l’utilisation de cette langue comme langue véhiculaire dans la classe. Dans un contexte d'enseignement à un public adulte, l'apprenant peut se sentir déstabilisé de se retrouver en situation infantilisante de commencer un apprentissage “à zéro”, d'accepter de ne pas savoir et de ne pas pouvoir communiquer. Lorsque le public de ces cours possède un haut niveau d'études et de réussite scolaire, un sentiment d'échec devant l'incompréhension dans la langue inconnue peut être ressenti. Il sera même d'autant plus fort pour un public de migrants en situation sociale précaire. Trouver une langue médiatrice est donc indispensable pour - limiter ce sentiment d'échec, - valoriser le répertoire plurilingue et l'identité de l'apprenant, - le rétablir dans ses compétences communicatives. L'anglais, langue véhiculaire, permet d'établir la communication dans la classe entre les apprenants et entre les apprenants et l'enseignant. IL ne faut pas s'interdire d'y recourir, afin que les étudiants soient pleinement présents dans la classe en tant qu'acteur social.

2.2.2. S’appuyer sur le déjà-là

Dans un contexte d’acquisition plurilingue, les apprenants prennent appui sur le “déjà-là”, c’est à dire sur les connaissances qu’ils possèdent déjà dans leur langue d’origine et dans les langues qu’ils ont déjà apprises. Lorsque la langue d’origine n’est pas une langue voisine des langues romanophones, l’anglais peut servir d’appui à plusieurs niveaux pour entrer dans l’univers des langues romanes d’une part, et plus tard dans l’apprentissage, comme point de comparaison pour faciliter la compréhension de la langue romane. Notre hypothèse est que la réflexion métalinguistique, en se basant sur la comparaison, s’effectue plus aisément lorsqu’elle peut s’appuyer sur l’anglais comme langue intermédiaire. D'ailleurs, de manière plus générale, l'apprentissage préalable de l'anglais comme L2 a déjà amené l'apprenant à opérer une décentration par rapport à sa ou ses langues d'origine et donc à initier une analyse réflexive sur les langues et leur apprentissage. Ainsi, comme nous le prône le CECRL, il est essentiel de prendre en compte la biographie langagière de nos apprenants pour la construction de nouveaux savoirs et savoir-faire.

2.2.3. Créer l'esprit de groupe

Le premier cours est décisif pour fonder le groupe. Pour ce faire, l'enseignant ne peut se contenter d'amener les apprenants à lui, à sa langue romane, il doit également aller vers eux et utiliser une langue commune pour installer le cadre de la classe.

Pour construire l'esprit de groupe, il est important d'établir une zone de liberté où les apprenants peuvent s'exprimer en anglais pour interagir dans la classe, à propos de la langue-cible, à propos des démarches d'apprentissage ou sur tout autre sujet. Dans une classe de langue, construire l'esprit de groupe, c'est mettre les personnes en contact, susciter les interactions. Cette fonction phatique du langage ne peut être tenue par la langue-cible au niveau débutant. L'anglais jouera donc ce rôle.

Entrer dans une langue totalement étrangère, car lointaine de la langue d'origine, est une expérience déstabilisante qui peut engendrer de la timidité voire conduire au mutisme. Aussi, tous les moyens seront bons pour l'enseignant afin de déclencher la prise de parole et l'instauration d'un échange dans la classe, avec les apprenants et entre les apprenants eux-mêmes.

Le premier cours est l'occasion de poser les règles de vie et de travail dans la classe. Ces informations doivent impérativement être clairement comprises pour assurer la bonne poursuite du cours. Pour cela, l'anglais permet d'atteindre le plus grand nombre de locuteurs, qui pourront à leur tour relayer les informations dans une autre langue pour les locuteurs qui ne parlent pas anglais. Parmi ces règles, il faudra expliquer la place qu'on peut accorder à l'anglais. La classe de langue peut fonctionner en semi-immersion, ce qui n'interdit pas de recourir à une langue médiatrice pour prendre du recul et expliciter la démarche ou les structures étudiées. La fonction métalinguistique du langage ne doit pas nécessairement s'exercer dans la langue-cible, elle sera d'autant plus efficace dans une langue commune maîtrisée, comme l'anglais par excellence. L'anglais sera également utile au contrôle de la compréhension.

2.2.4. Les limites à ne pas dépasser

Utiliser l'anglais en classe de langue de débutant, comme langue véhiculaire, est une aide précieuse, mais elle ne doit pas dominer la langue-cible et transformer celle-ci en simple objet d'apprentissage. La langue romane doit rester la langue majoritaire de la classe et supplanter rapidement l'anglais pour tous les échanges fonctionnels. En revanche, l'anglais peut continuer à servir de langue de référence, pour renforcer ponctuellement la compréhension lexicale et syntaxique. Attention cependant à ne pas céder à la facilité. Il est souvent tentant de traduire en anglais pour gagner du temps, mais si cela facilite la compréhension immédiate, cela limite le travail d'appropriation de l'apprenant. Le recours systématique à la traduction est un écueil à éviter. Il est beaucoup plus productif de construire le sens d'un mot ou la règle d'une structure plutôt que de les fournir d'emblée.

2.2.5. Zones de proximité entre anglais et langues non-romanophones

Nous avons déjà vu précédemment les zones de proximité entre anglais et langues romanes.

Nous avons montré, toutefois, que lorsque l'anglais partage des traits communs avec toutes les langues néolatines, qu'il s'agisse du domaine lexical (exemple: class, to study, simple, difficult), morphologique (suffixes -tion, -ment, -ive, etc.) ou syntaxique (ordre S-V-C), il n'apportait aucune aide particulière. Dans ces cas-là, il apparaît plus pertinent de rapprocher directement les deux langues romanes source et cible plutôt que de passer par une mediation de l'anglais, qui ne pourrait que ralentir et même entraver l'apprentissage.

En revanche, dans le cas d'un apprentissage destiné à des locuteus de langues non-romanes et surtout non-indo-européennes, la situation devient tout à fait différente. Ainsi, toutes les analogies entre l'anglais et les autres langues romanes, y compris celles qui avaient été rejetées pour être à la fois superflues et dommageables, redeviennent ou peuvent redevenir, en fonction de la langue source, d'une utilité inestimable.

La comparaison entre l’anglais et le chinois fait apparaître des zones où la proximité est plus grande qu’entre le chinois et le français. Ainsi, l’anglais est une langue à tendance isolante, ce qui la rapproche du chinois.

a. Les procédés néologiques et dérivationnels

Elle est beaucoup plus simple en anglais qu’en français. Du point de vue lexical, la composition des mots se fait très souvent par un procédé de composition alors qu’en français, il se fait par un procédé de dérivation.

Anglaischinoisfrançais
Apple-tree 苹果(pomme)树(arbre) - píng guǒ shù pommier

Par contre, on trouve aussi en français, la composition des mots se fait par un procédé de composition. Mais cette composition introduit souvent une préposition, alors qu'en anglais et en chinois, il suffit de juxtaposer les mots ensemble. Par exemple:

Anglaischinoisfrançais
Leather shoes 皮(cuir)鞋(chaussure)-pí xié chaussures en cuire
ballpoint pen 圆珠(bille)笔(stylo)-yuan zhu bi stylo à bille
b. La syntaxe

Au niveau des structures des phrases, on constate qu'il existe une similitude entre l'anglais et les langues romanes. Dans le cadre du programme EUROCOM, les septs tamis sont évoqués en vue d'établir un pont entre l'anglais et les langues romanes à plusieurs niveaux dont la syntaxe. Les 9 phrases de base sont identifiées dans les langues romanes mais aussi en anglais.

Exemples de correspondances (Klein Horst G. , 2008, pp 125) :

P1: NP+V (be) +NP (nom) angl. Susan is a student. fr. Susan est étudiant.
P2: NP+V (be) +ADJ angl. Susan is nice. fr. Susan est sympathique.
P3: NP+V+NP (Acc) angl. Susan loves life. fr. Susan aime la vie.
P4: NP+V angl. Susan sleeps/is sleeping. fr. Susan dort.
P5: NP+V+PP angl. Susan sleeps in the office. fr. Susan dort dans le bureau.
P6: NP+V+NP (Acc)+PP angl. Susan reads/is reading a book. fr. Susan lit un livre dans le bureau.
P7: NP+V+NP (Dat) angl. Susan speaks to a colleague. fr. Susan parle à un collègue.
P8: NP+V+NP(Acc)+NP (Dat) angl.Susan gives information to a colleague. fr. Susan donne l'information à un collègue.
P9: NP+V+NP (Dat)+PP angl. Susan speaks to a colleague in the office. fr. Susan parle à un collègue dans le bureau.

En s'appuyant sur l'anglais, les apprenants non romanophones peuvent donc facilement reconnaître les fonctions grammaticales des mots dans les phrases. Par exemple, localiser le sujet, le verbe et l'adjectif dans la phrase Susan est sympathique. Leurs connaissances en anglais peuvent donc les aider à comprendre les structures des phrases et ensuite les structures du texte.

D'après Klein (Klein Horst G. , 2008, pp 126) , à ces neufs structures de base, s'ajoute aussi des parallélismes anglais-romans dans les propositions relatives, conditionnelles, dans l'hypotaxe et les interrogations.

Remarque:

On notera, toutefois, que le chinois, l'anglais et les langues romanes partagent des structures fondamentales communes, ce qui relativise le besoin d'un passage par l'anglais.

P1: NP+V (be) +NP (nom) angl. Susan is a student. ch. 苏三Susan 是shi(is) 个ge(a) 学生xuesheng(student).
P2: NP+V+NP (Acc) angl. Susan loves life. ch. 苏三Susan 热爱reai(loves) 生活shenghuo(life) .
P3: NP+V angl. Susan sleeps/is sleeping. ch. 苏三Susan 睡觉shuijiao(sleeps)/在zai(is) 睡觉shuijiao (sleeping).
P4: NP+V+NP (Acc)+PP angl. Susan reads/is reading a book. ch. 苏三Susan 常chang(ofen) 读书dushu(reads)/ 苏三Susan 在zai(is) 读书dushu(reading).

c. Autres domaines

- la culture

Il apparait évident que lorsque les cours de langues romanes s'adressent à des étudiants issus de cultures très éloignées de celle du monde occidental, les implicites culturels deviennent un obstacle fondamental à la compréhension.

Là encore, la connaissance de la culture anglaise, maillon essentiel de la civilisation occidentale, peut aider les apprenants non-occidentaux à mieux saisir et assimiler certaines des références culturelles des pays de langues romanes. C'est le cas, notamment des fêtes religieuses telles Pâques et Noël. Mais d'autres exemples peuvent être pris dans des domaines tels que la géographie ou la gastronomie. Ou même dans les événements politiques les plus saillants de l'histoire européenne (les empires coloniaux, la Guerre de 14-18, la construction européenne, etc.). S'ils ont la chance d'avoir été commentés lors d'un apprentissage préalable de l'anglais, de tels référents seront plus facilement identifiés par les apprenants de langues romanes s'ils apparaissent dans des documents d'appui.

- les expressions idiomatiques

Les analogies entre expressions idiomatiques anglaises et romanes (parfois à forte composante culturelle) peuvent aussi aider les apprenants qui verbalisent différemment dans leurs langues certains échanges sociaux:

  • Felice anniversario!/ Happy Anniversary!/¡Feliz aniversario!
  • I nostri migliori auguri e tanta felicità./ Congratulations. Wishing the both of you all the happiness in the world./ Felicitaciones. Nuestros mejores deseos y mucha felicidad.
  • Auguroni al nuovo nato/al nuovo arrivato!/ Congratulations on your new arrival!/ ¡Felicitaciones por la llegada del nuevo bebé/de la nueva bebé!
  • Grazie tante per…/ Many thanks for…/ Muchas gracias por…
  • Non so davvero come ringraziarti per aver…/ I really don't know how to thank you for…/ Sinceramente no sé cómo agradecerte por…
  • Buona Pasqua!/ Happy Easter!/ ¡Felices Pascuas!
  • Buon Natale e Felice Anno Nuovo!/ Merry Christmas and a Happy New Year!/¡Feliz Navidad y próspero Año Nuevo!

C'est aussi le cas des proverbes, dont les métaphores sur lesquelles ils s'appuient sont souvent identiques en anglais et dans le monde romanophone, même si les constructions différent parfois.

  • All roads lead to Rome. / Tous les chemins mènent à Rome. / Todos los caminos llevan a Roma.
  • An eye for an eye, a tooth for a tooth. / Oeil pour oeil, dent pour dent. / Ojo por ojo, diente por diente.

Analogies plus distantes:

  • You can't judge a book by his cover. / L'habit ne fait pas le moine. / El habito no hace al monje.

3. No es pot abusar de l'anglès

Si l'anglais est la langue étrangère la plus apprise dans le monde, elle peut, par les caractéristiques que nous avons évoquées, servir de langue d'appui pour entrer dans une des langues romanes, en particulier le français, duquel elle est le plus proche pour des raisons historiques. Cependant, l'aide que l'anglais peut apporter doit être relativisée pour les raisons suivantes.

3.1 Els temors dels interessats

- Les apprenants estiment souvent que l'anglais peut être une aide utile à l'écrit, mais pas à l'oral, car ils craignent les interférences phonologiques que l'anglais pourrait créer sur leur prononciation en français.

- La crainte de mélanger les deux langues est d'ailleurs régulièrement évoquée par certains apprenants qui souhaitent ne recourir qu'à la L3. L'objectif d'atteindre une langue “pure” est certainement sous-jacente à cette peur des mélanges.

3.2 El nivel d'anglès

- En outre, il est indispensable de prendre en compte le niveau de compétence des apprenants en anglais. Si ce niveau n'est pas suffisant ou inexistant, l'apprenant pourra se sentir encore plus démuni dans la classe de L3. Cela est d'autant plus vrai dans les groupes d'apprenants multiculturels, pour lesquels l'enseignant qui souhaite s'appuyer sur l'anglais devra prendre des précautions pour ne pas laisser de côté ceux qui n'ont pas une maîtrise suffisante de la langue d'appui.

3.3 Un recurs inútil per els nivels més alts

Enfin, en fonction du niveau des apprenants en L3, l'appui sur l'anglais paraît plus ou moins utile. En effet, les apprenants estiment que l'anglais peut être utile pour les débutants mais beaucoup moins pour les niveaux avancés qui ont suffisamment de compétences en L3 pour pouvoir résoudre les problèmes linguistiques ou métalinguistiques directement dans la langue-cible.

L'anglais est une langue d'appui, elle ne peut en aucun cas constituer le canevas du cours de L3. Dans les cours de niveaux débutants (A1, A2), l'anglais peut servir de langue véhiculaire pour gérer la classe (à condition que tous les apprenants la maîtrisent suffisamment). Les consignes pourront ainsi être passées en anglais, certaines explications métalinguistiques seront mieux comprises dans la langue d'appui. Et surtout, cette langue commune sera une ressource pour constituer le groupe-classe. La communication étant la base même du fonctionnement de la classe, il est indispensable pour l'enseignant d'utiliser tous les moyens à sa disposition pour établir un vrai contact avec ses apprenants et, dans le cas des groupes multiculturels, pour que les apprenants communiquent entre eux. Pour que l'enseignant puisse jouer à plein son rôle d'interlocuteur bienveillant, connaître ses étudiants, il ne peut se contenter de la seule L3, encore balbutiante.

3.4 l'anglès és basicament una llengua germànica

Cal recordar que la llengua de Shakespeare és una llengua germànica i que el seu lèxic bàsic té uns arrels que no tenen res a veure amb els arrels de les llengües romàniques. Per això, en el cas de l’ensenyament d’un llengua neollatina, no es podrà fer servir de gran part del lèxic fonamental de l’anglès mentre que el lèxic de les llengües de referència romàniques de l’aprenent es podrà aprofitar de manera molt àmplia.

Aquí tenim alguns exemples trets del vocabulari bàsic de qualsevol llengua relacionats amb els camps semàntics del cos, la natura, el temps que passa.

RO IT FR CAT ES PT EN
corp corpo corps cos cuerpo corpo body
sânge sangue sang sang sangre sangue blood
cer cielo ciel cel cielo céu sky
mare mare mer mar mare mar sea
an anno année any año ano year
iarnă inverno hiver hivern invierno inverno winter
duminică domenica dimanche diumenge domingo domingo sunday

Tot i això, cal assenyalar que l'anglès té algunes paraules de la mateixa família que sí vénen del llatí: corporal, annual, marines, etc.

La grammaire anglaise relève également fondamentalement du domaine germanique.

La morphologie verbale de l’anglais, comme dans la plupart des langues germaniques, ne fait pas de différence entre l’imparfait et le parfait, comme c’est le cas dans les langues romanes : En he ran Es corría, corrió. Quant aux désinences de passé régulières, elles sont formées à partir de consonnes et non de voyelles : En he opened /De er öffnete /Es abrió. De plus, le mode subjonctif, si caractéristique des langues romanes, n’a plus qu’un emploi marginal en anglais (et le Konjunktif allemand est d’un emploi très différent de celui des langues néolatines). Quant au futur et au conditionnel, ils sont formés de façon analytique dans les langues germaniques (En I will eat, I would eat, De ich werde essen, ich würde essen, contrairement aux formes synthétiques romanes (Fr je mangerai, je mangerais Es comeré, comería.

L’adjectif est invariable en genre et le nombre en anglais (comme l’est l’adjectif attribut en allemand) et toujours antéposé. Et les comparatifs y sont souvent formés de façon synthétique (suffixe ER): En older, De älter / Fr plus vieux, Es más viejo.

Sans parler des idiosyncrasies de l’anglais, qu’il s’agisse de l’usage de particules (do, did, don’t, etc.) pour construire la négation et l’interrogation ou de l’absence de genre pour les catégories nominales non humaines.

Ces quelques exemples illustrent à quel point il serait inapproprié de se servir de l’anglais pour enseigner le lexique de base ou le système grammatical d’une langue romane. L'omniprésence de l'anglais en toile de fond risquerait de faire surgir des attentes non fondées et d'entraîner des interférences entre cette langue et la langue enseignée, au détriment de cette dernière.

De plus, dans le cas d'apprenants romanophones, une référence trop accusée à la langue de Shakespeare aurait tout lieu de détourner les étudiants de rapprochements bien plus productifs. Elle risque, en effet, de les empêcher de s'approprier et d'appliquer les transferts plus avantageux basés sur les similitudes entre les langues romanes. Car ces transferts sont non seulement infiniment plus nombreux et rentables que ceux issus de l'anglais, mais affectent, dans le cas d'apprenants romanophones, la langue maternelle de l'apprenant (ineffaçable), ce qui les rend plus immediatement assimilables.

4. Applications didactiques

4.1. Pour un public romanophone

Exemple d'applications didactiques pour l'enseignement d'une langue romane à un public d'une autre langue romane.

Situation d'apprentissage :

  • Cours de français de niveau A1
  • public adolescent ou adulte hispanophones ayant déjà étudié l’anglais
  • 1er mois d’apprentissage du français
  • Compréhension écrite

Nous ne décrivons pas ici toute l’activité didactique, mais nous centrons uniquement sur les activités prenant en compte l’apport potentiel de l’anglais.

a. Compréhension de mots et expressions du texte

Ayúdate del contexto (temático, tipo de discurso- diálogo-, contexto de la frase) y de tus conocimientos en inglés para entender el significado de las palabras en cursiva del diálogo.

¿A qué verbo inglès se parece “regretter”? ¿En el texte, se trata exactamente del significado del verbo inglès?(travail portant sur le glissement sémantique de to regret à to miss).

Haz la lista de los verbos encontrados, poniéndolos en infinitivo. Añade los verbos de la misma familia que las palabras décédé, choix, charme.

¿Qué significa « C'est pas ma tasse de thé » ? ¿Conoces la expresión en inglés?

Observa las dos construcciones francesas utilizadas en el texto, para expresar los gustos :

  • J'aime. / J'aime ça. / J'aime bien.
  • Elle me plaît. / Ca me plaît. / Ça me plaît bien.

¿Cuál de ellas se parece más a la construcción española (o románica) y cuál se asemeja al giro inglés ?

¿Qué diferencias observas entre la construcción francesa y la inglesa (I like it. / J'aime bien. J'aime bien ça.). ¿En qué lengua es obligatorio el uso del pronombre personal complemento?

b. Activités

- L’orthographe française

Habrás identificado la palabra physique, cuya ortografía se parece mucho a la de su equivalente en inglés.

¿Qué significan las palabras siguientes: psychologie, philanthrope, mythe, otorhinolaryngologue ?

- l’expression des sentiments (éventuellement pour un niveau supérieur)

Ayúdate de tus conocimientos en inglés para entender las siguientes frases:

  • <fc #800080>Je regrette.</fc>
  • <fc #0000FF>Je suis étonné.</fc>
  • <fc #800000>Ils s’adorent.</fc>
  • <fc #000080>Ils se haïssent.</fc>
  • <fc #808000>Ce n’est pas poli !</fc>

- Proverbes et expressions figées. (éventuellement pour un niveau supérieur)

Ayúdate de tus conocimientos en inglés para entender las siguientes expresiones:

  • <fc #000080>Pas de nouvelles, bonnes nouvelles.</fc>
  • <fc #0000FF>Tel père, tel fils.</fc>
  • <fc #800080>Loin des yeux, loin du cœur.</fc>
  • <fc #808000>Tout est bien qui finit bien.</fc>

Réponse:

  • No news is good news. / Es Las malas noticias llegan las primeras.
  • Like father like son. / Es De tal palo tal astilla.
  • Out of sight, out of mind. / Es Ojos que no ven, corazón que no siente.
  • All's well that ends well. / Es Acabó por arreglarse.

4.2. Per a un pùblic no romanòfon

Ejemplos de aplicación didáctica para la enseñanza de una lengua romànica a un público NO romanohablante.

CONCLUSION

L'anglais est aujourd'hui omniprésent dans notre société au point que sa connaissance semble devenue indispensable. Son usage est en effet partagé par de nombreux locuteurs dans le monde, soit en tant que langue première, soit comme langue seconde, soit encore comme langue étrangère. En raison des traits acquis tout au long de son histoire par des contacts successifs avec d'autres langues, lalangue de Shakespeare est aujourd'hui la plus romane des langues germaniques et de ce fait, elle peut jouer un rôle de passerelle vers les langues romanes. D'où l'idée d'analyser comment l'anglais peut être cet outil d'apprentissage au service de l'enseignement des langues néolatines.

Partant de l'idée que l'anglais peut contribuer au développement d'appproches plurielles et plurilingues, celles qui consistent à mettre au jour les rapports existant entre les langues et à multiplier ces passerelles linguistiques et culturelles, notre travail a montré de quelle façon l'apprentissage des langues romanes pouvait prendre appui sur des savoirs préalables en anglais et sur les nombreuses bases de transfert que contient cette langue. Or, ces mulitples éléments de transfert peuvent servir de base d'apprentissage non seulement à des apprenants romanophones, mais aussi à un public appartenant à d'autres communautés linguistiques (en l'occurence, des sinophones). Notre public dépassait donc de loin le simple cadre des locuteurs de langues européennes. Mais l'étude a montré que le recours à l'anglais doit être utilisé de façon chirurgicale face à un public romanophone, public pour lequel les transferts interromans sont souvent amplement suffisants, tandis que le rôle de cette langue germanique apparaît déterminant pour les locuteurs de langues non-indoeuropéennes, à condition, cependant, de se garder d'en faire un usage abusif.

Notre analyse et nos propositions didactiques se sont centrées principalement sur l'enseignement du français langue étrangère et à la façon dont l'anglais peut lui servir d'appui, tant pour des romanophones que pour un public non romanophone. Il reste donc à élargir notre champs de réflexion et à étoffer notre analyse par des études portant sur l'enseignement de langues romanes autres que le français.

Fidèle au cadre de l'intercompréhension, notre étude s'est donné comme objectif celui de la seule compréhension (principalement écrite) et tout particulièrement à l'intention d'un public de niveau débutant. Cependant, nos réflexions concernant l'intercompréhension ne se limitent pas à cette compétence : notre analyse nous amène à postuler qu'il existe aussi des passerelles au niveau de la production. Toutefois, nombreux sont ceux qui pensent que l'anglais peut avoir une influence négative sur les productions en langue cible (problème lié à l'interférence) et ce, malgré les résultats de recherches récentes signalant les avantages (linguistiques, culturels, pratiques, etc.) d'une compétence plurilingue (Castelllotti, 2001; Yanaprasart, 2005). Ce volet mériterait sans doute la peine qu'on y consacre une réflexion dans les études prochaines, notamment pour mettre en lumière des stratégies de remédiation, qui permettraient à l'apprenant d'aller vers toujours plus d'autonomie dans l'apprentissage des langues romanes.

ANNEXES

ANNEXE 1

Per què l’anglès és la més romànica de les llengües germàniques ?

Una piccola “storia” dell’Inglese, partendo dall’evoluzione dell’Inglese antico, può aiutarci ad inquadrare meglio la prospettiva, individuando legami linguistici interessanti tra il Latino, lingua comune di derivazione degli idiomi romanzi, e l’Inglese, che anch’esso tanta influenza ha storicamente dal Latino (e non solo…, anche dal Francese).

1. Les apports latins des premiers temps

Le latin a d’abord laissé quelques traces en Angleterre suite à la conquête de l’Ile par les Romains réalisée sous l’Empereur Claude (Ier siècle de notre ère)

CITATION Pero “…il latino ebbe maggiore penetrazione in epoca anglosassone, perchè gli invasori germanici, Angli, Juti e Sassoni, prima del loro arrivo in Britannia, avevano assorbito diversi termini latini, la cui radice è evidente in tantissimi termini dell'inglese moderno: street (strata), people (populus), cheese (caseus), wine (vinum),kitchen (cutina), kettle (probabilmente dal verbo coquere = bollire), cup (calicis), angel (angelus), bishop (episcopus), martyr (identico in latino), candle (candela). Altra notevole influenza del latino si ebbe per “via religiosa”, a partire dal 596, quando il Papa Gregorio Magno inviò i monaci Agostino e Paolino a cristianizzare la Britannia….” (http://www.italianialondra.it/storia/inglese/3-oldenglish.html)

CITATION “ Dopo la partenza dell’ultima legione romana nell’anno 410, l’isola venne lasciata alle invasioni delle tribù germaniche ma molti riferimenti latini rimasero resistendo alla venuta degli Angli e dei Sassoni. Dall’antico legame indo europeo, da parole come pater/father, mater/mother, piscis/fish,passiamo ai nuovi acquisti comeportus/port, cista/chest, candela/candle. L’esempio più evidente è il suffissoc(h)ester/caster presente in molti nomi di luoghi come Manchester, Gloucester, Chester, Lancaster e che è derivato da castra, accampamento militare. Gli invasori germanici che subentrarono alla partenza dei Romani, attraverso un gioco di relazioni e scambi di origine commerciale, portarono, dal canto loro, dai luoghi di provenienza, parole che i Romani avevano imposto ai propri luoghi di origine.” http://guide.supereva.it/bibliofilia/interventi/2010/01/il-latino-e-linglese-due-esempi-di-lingua-franca “Il latino e l’inglese: due esempi di lingua franca”

2. Les apports du normand et du français

o Le poids des événements politiques

Sur le plan linguistique, la conquête de l’Angleterre par le duc de Normandie scellée à la bataille d’Hastings (1066), a pour conséquence l’implantation dans les couches élevées de la société anglaise des langues d’oïl parlées par les conquérants français. Ce fut notamment le cas du dialecte normand parlé dans le duché. La nouvelle élite du royaume d’Angleterre ne parlera donc pas l’anglo-saxon mais une langue romane que l’on appelle généralement l'anglo-normand et parfois, le franco-normand. Alors que le reste de la population utilisera les variétés linguistiques anglo-saxonnes.

CITATION [Si une grande partie des seigneurs venus du continent parlaient le normand], “le français demeurait la langue des immigrants lettrés, c'est-à-dire les juristes, les magistrats, les copistes, les traducteurs, les fonctionnaires de tout acabit, ainsi que les hommes d'Église. C'est pourquoi le français devint rapidement la langue de l'administration, de la loi et de la justice, et ce, d'autant plus que les juristes et magistrats étaient tous recrutés en France.” http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/monde/anglais3.ME.htm

L’influence des langues d’oïl sur l’anglais se renforcera au milieu du XIe s. sous Henri de Plantagenêt, un prince d’origine angevine devenu duc de Normandie et roi d’Angleterre, fondant une nouvelle dynastie à nouveau d’origine française. On notera, par ailleurs que son mariage avec Aliénor d’Aquitaine lui permettra de posséder un immense Empire étendu de l’Ecosse aux Pyrénées. Ce n’est qu’à l’époque de la guerre de Cent-Ans et plus précisément avec l’arrivée de la dynastie des Lancastre sur le trône (v. 1400) que le français commence à céder la place à l’anglais comme langue de cour et langue administrative au profit de l’anglais, tandis que l’anglais accède au statut de langue littéraire. Mais l’influence du français restera forte sur la cour non seulement parce qu’un grand nombre de souverains anglais prendront pour épouse une princesse française mais aussi en raison du prestige de la culture français sous l’Ancien régime. De plus, il persistera jusqu’au XVIIIe s. dans le domaine judiciaire britannique une langue technique, dont la source est le français.

o Exemples d’emprunts au français

Le vocabulaire du moyen anglais s’est transformé radicalement en raison de ses emprunts au franco-normand et surtout au français de Paris,

CITATION [tout particulièrement dans les domaines] “ relatifs au gouvernement, à l'Église, à l'armée, à la vie à la cour ainsi qu'aux arts, à l'éducation et à la médecine. Un siècle après l'arrivée de Guillaume le Conquérant, plus de 1000 mots normands avaient été introduits en moyen anglais. Par la suite, ce fut des mots français, de l'ordre de plusieurs milliers de mots (environ 10 000). En voici quelques exemples de ces emprunts : bargain (bargaignier > barguigner), bastard (bastard, bâtard), choice (chois > choix), crust (cruste > croûte), custom (custume > coutume), marchant (marchand), money(monnaie), mutton (mouton), pork (porc), to toast (toster > rôtir), etc. Comme le rapporte si bien la linguiste Henriette Walter (L’aventure des mots français venus d’ailleurs, Paris, Éditions Robert Laffont, 1997, p. 177) au sujet de l'histoire commune des deux langues, l’anglais demeure un «vieux compagnon de route» pour le français (ou l'inverse). En effet, depuis neuf siècles, les rapports entre l’anglais et le français ont toujours été «intimes» et les échanges entre les deux langues ont toujours été déséquilibrés, d’abord à l’avantage du français, puis aujourd’hui à celui de l’anglais. En effet, entre le XIe siècle et le XVIIIe siècle, le français a transmis à l’anglais des milliers de mots. Puis le processus s’est inversé à partir du milieu du XVIIIe siècle, alors que les mots anglais ont nourri la langue française. Ensuite, depuis le milieu du XXe siècle, la tendance s’est considérablement accélérée à partir, cette fois-ci, des États-Unis d’Amérique. Autrement dit, le français et l'anglais ont toujours été dans une relation d'«emprunteurs mutuels». Pour conclure, on peut affirmer que les deux langues officielles du Canada ont certainement des points de similitude qu'elles ont hérités de l'histoire commune de la France et de la Grande-Bretagne.” Site de l’aménagement linguistique au Canada (SALIC).http://www.salic-slmc.ca/showpage.asp?file=langues_en_presence/langues_off/en_histoire&language=fr&updatemenu=true

CITATION “… In inglese è possibile trovare molte parole francesi nella “forma” in cui furono importate in Inghilterra nel Medioevo: si confronti en. default con fr. défaut, en. subject con fr. sujet. … A differenza della forma, il significato delle parole mutuate del francese (che in Francia rimase sostanzialmente immutato), dovette invece adattarsi nell'inglese a causa della concorrenza di altre parole anglosassoni con il medesimo significato: spesso cambiandolo, o portando all'estinzione del termine. Così, ad esempio, mentre courir non attecchì per la maggiore frequenza di run, le parole che si riferivano alla vita dell'alta società (francofona) ebbero la meglio, come court (fr. moderno cour) e chivalry (senso di cavalleria) ed ancora: per “maiale” esistono due parole diverse: pig è la bestia viva, che diventava pork quando era cucinata dai ricchi normanni (i contadini anglosassoni non potevano permettersi di mangiare molta carne di maiale, però lo allevavano per i proprietari normanni). Ma esistono diverse altre “coppie sinonimiche”, in cui il termine corrente è di radice germanica (anglosassone) mentre quello “alto” ha radice latina (francese). Si tratta di un fenomeno tipico della lingua inglese, non certo limitato agli alimenti, ma esteso anche a concetti metafisici, dove l'accezione elevata tende sempre a sviluppare il termine da radici latino-francesi (a differenza, per esempio, di quanto avviene in tedesco). Ne sono esempi: - ox, cow, calf (bue, mucca, vitello); beef, carne di manzo (dal francese boeuf, bue); - time (tempo cronologico); tense (tempo grammaticale; dal francese temps); - freedom (libertà); liberty (l'idea di libertà); - strenght (forza); force (forza in fisica). In altri casi ancora è difficile rinvenire accezioni ben distinte nei due termini sinonimi, quello germanico e quello latino, come accade per esempio con wedding, marriage, matrimony, espousal (matrimonio)….” (http://it.wikipedia.org/wiki/Lingua_inglese)

3. Les emprunts ultérieurs de l’anglais au latin

CITATION “Mais l'anglais de l'époque a aussi emprunté massivement au latin du Moyen Âge (lors d'une autre latinisation massive), parfois sous une forme d'inspiration française: attencioun (attention),diffusioun (diffusion), pastour (pastor), rectour (rector), actualyte (actuality), captivite (captivity). Parmi les nombreux termes d'origine latine qui ont survécu, mentionnons allegory, conspiracy,contempt, homicide, incarnate, infinite, intellect, lapidary, lunatic, moderate, nervous, promote, quiet (quietus), rational, solidary, submit, suppress, temporal, tributary, zenith, etc. Signalons rapidement les préfixes et suffixes latins, dont certains furent empruntés par l'intermédiaire du français, et contribuèrent jusqu'à nos jours à l'enrichissement de l'anglais. Pour les préfixes, citons de- (deduce), dis- (distract), ex- (except), inter- (interval), per- (pervert), pre- (predestine), pro- (prosecute), sub- (subscribe). Pour les suffixes, mentionnons -able (admirable) -ible (credible), -al (capital), -ant/-ent (important, different), -ment (argument, segment), etc. Comme nous le savons, c'est dans le latin que l'anglais puisera par la suite pour ajuster sons système tant verbal qu'adjectival à son système substantival. De plus, l'anglais a «importé» des termes aux anciennes langues régionales parlées dans la France du Moyen Âge, surtout l'angevin et le provençal. C'est aussi par l'intermédiaire du latin (ou du français) qu'un assez grand nombre de mots sont venus du grec. Parmi ceux du XIVe siècle, igurent agony, artery, basis, centre, character, climate,comedy, cycle, echo, fantasy, harmony, horizon, idiot, logic, magic, mystery, pomp, prune, schism, spasm, theatre, tragedy, etc. Site de l’aménagement linguistique au Canada (SALIC)

Références Bibliographiques

  • Balboni, P. 2005. Le lingue romanze : Una guida per l'intercomprension. Disponible sur :

http://www.utetuniversita.it/catalogo/scienze-umane-e-sociali/le-lingue-romanze-2547

  • Cuet, C. 2011. Enseigner le français en Chine, méthodologies nouvelles , perspectives, Synergies Chine n°6, pp : 95-103. Université de Nantes, France.
  • Forlot, G. 2009. L'anglais langue d'appui pour l'apprentissage du français langue étrangère, L'anglais et le plurilinguisme : pour une didactique des contacts et des passerelles linguistique.
  • Grzega, J. 2005. Role of English in Learning and Teaching European Intercomprehension Skills, Journal for EuroLinguistiX 2, pp: 1-18
  • Klein H. G., 2008. “L’anglais, base possible de l’intercompréhension romane ?”, ELA, Etudes de linguistique appliquée n° 149, pp: 119-128.
  • Le Besnerais, M. Les langues romanes sont-elles un atout pour lenseignement/apprentissage de l’anglais ?, Universitat Autònoma de Barcelona. Spain
  • Lonati, E. 2005. Studi linguistici
  • Mello Pot, E. 2005. Usage de l'anglais comme langue m←diatrice dans une classe de FLE linguistiquement h←t←rog│ne. M←moire de stage science du langage, Universit← Paul Val←ry, France.Mello Pot, E. 2005. Usage de l'anglais comme langue médiatrice dans une classe de FLE linguistiquement hétérogène. Mémoire de stage science du langage, Université Paul Valéry, France.
  • Melo S. Intercomprehension between Romance Languages and therole of English: a study of multilingual chat-rooms, International Journal of Multilingualism, in press
  • Sitographie:

* http://www.galapro.eu/sessions/forum/message/view/id/7154

* http://www.linguainglese.it/

* http://forum.wordreference.com/showthread.php?t=806733&langid=14

* http://italiaitaliano.blogspot.com/2011/05/linfluenza-dellinglese-sulla-lingua.html

* http://www.booksblog.it/post/668/storia-delle-lingue-in-che-modo-il-francese-ha-influenzato-la-lingua-inglese

* http://www.france-italia.it/BOLOGNA/dieci_buone.php?c=8063&m=21&l=it

Matériel / Ressources consulté(e)s

Pour en savoir plus

Licence

session-octobre-decembre-2011/gt/gt-2-faisons-de-l-anglais-notre-allie/prod2.txt · Dernière modification: 20/01/2012 11:38 par jpc